Urban Jungle : Comment bouturer vos plantes

Vous me demandez souvent comme je fais pour multiplier mes plantes… Aujourd’hui, je vous donne la marche à suivre pour bouturer vos petites protégées !

Pour éviter de faire un article trop long, j’expliquerai uniquement le bouturage des plantes que j’ai ici, à savoir les pilea, monstera, pothos, chaîne de cœurs, alocasia et bégonia ! Mais une fois que vous avez la procédure de bouturage, marcottage et séparation, vous devriez pouvoir vous en sortir avec toutes les plantes !

Pourquoi bouturer ?

Le bouturage permet non seulement de faire plaisir à ses proches en leur offrant des morceaux de vos plantes adorés, d’élargir votre collection en échangeant vos boutures (j’en parlerai dans un autre article) mais aussi d’améliorer la santé et même parfois de sauver vos plantes !

Ainsi le bouturage peut être utilisé :

  • Pour ramifier une plante, c’est à dire l’étoffer en coupant une tige pour la forcer à en créer d’autres.
  • Pour étoffer une plante en bouturant des tiges pour les replanter à la base de la plante
  • Pour faire repartir une plante qui végète, en coupant des tiges trop longues
  • Pour améliorer l’aspect visuel d’une plante en enlevant une tige qui ne fait plus de feuilles
  • Pour sauver une plante sur le point de mourir, en la faisant repartir grâces aux boutures

Les boutures se font généralement au printemps, mais personnellement, je les fait jusqu’en septembre et parfois même l’hiver si besoin (mais ça prend beaucoup moins vite et le risque de perte est plus grand).

Pour le racinage des boutures, il faut savoir que plusieurs techniques sont possible : en eau, directement en terre, ou meme en sphaigne.

Personnellement, je pratique le racinage en eau, je trouve ça vraiment satisfaisant de regarder les racines pousser. En terre, je ne met que les boutures obtenues par séparation (voir partie sur le pilea ou alocasia), mais c’est à vous de tester et de voir la technique qui vous convient le mieux !

Le Pilea Peperomioides :


Vous avez sûrement remarqué, si vous avez votre pilea depuis un petit moment, qu’il y a parfois des petites pousses qui sortent de la terre autour du tronc de base. Ce sont de petits rejets que vous pouvez retirer pour créer d’autres pileas !

Les rejets sont attachés au tronc de la « plante mère » et vous devez les en détacher délicatement. Pour ce faire, prenez un couteau aiguisé et propre et détachez le rejets au plus près du tronc de base.

Ensuite vous pouvez soit les replanter en terre dans un pot à part, soit les mettre en eau. Personnellement je préfère les mettre en eau, pour voir les racines se développer, je trouve ça fascinant, et c’est surtout beaucoup moins d’entretien (juste à rajouter de l’eau lorsque le niveau a baissé).

Vous pouvez également laisser les rejets dans le pot de la plante mère afin d’étoffer votre pilea à la base car le Pilea a tendance à pousser en hauteur.

Mon Pilea Peperomioides

Les monstera :


Que ce soit une monstera deliciosa, ou adansonii, ou même une monstera piccolo, la technique est la même !

Les monstera font ce qu’on appelle des racines aériennes, qui leurs sont utiles pour capter l’humidité extérieure. Ces racines ne doivent pas être coupées.

Racine aérienne de ma Monstera Deliciosa

Au delà des grandes racines aériennes, vous pouvez remarquer des petites excroissances marrons sur vos branches (quasiment à chaque endroit où il y a une feuille), ce sont des racines en devenir, et c’est à cet endroit qu’il faut couper pour obtenir une bouture.

Coupez la tige juste en dessous de cette petite excroissance, avec un sécateur propre.

Excroissance/racine sur ma Monstera deliciosa

Excroissance/racine sur ma Monstera piccolo

Excroissance/racine sur ma Monstera adansonii

Coupez la/les feuilles proches de l’excroissance et mettez ensuite la bouture dans l’eau ou dans la terre pour qu’elle racine !

Bouture de monstera adansonii qui commence à raciner (je vais encore attendre avant de replanter)

Personnellement, la dernière fois que j’ai bouturé mon monstera adansonii, c’était parce qu’une tige ne me faisait plus de feuilles. Je l’ai donc coupée en plusieurs tronçons (environ 1 à deux excroissances sur chaque tronçons) que je replanterai ensuite dans le pot pour étoffer la base de la plante.

Les pothos :


Les pothos sont des plantes très faciles à bouturer et à propager.

Comme les monstera, les pothos ont de petites racines qui se forment à chaque nouvelle feuille. Vous pouvez couper les tiges juste en dessous de ces excroissance pour le bouturer. Coupez une tige et faites en plusieurs tronçons (1 à 2 excroissances par tronçons).

Le pothos est une plante qui pousse très vite mais peut être assez dégarnie à la base. Les boutures permettent alors d’étoffer le pothos au niveau du pot.

Excroissances/racines sur mon pothos

En ce moment je teste également les boutures en sphaigne au lieu d’en eau, notamment pour une bouture de pothos n’joy que l’on m’a donné. Ça a l’air de bien marcher également.

Bouture de pothos n’joy dans la sphaigne

Les chaînes de cœurs :


La chaîne de cœur est également facile à bouturer et prend très rapidement !

Personnellement, j’ai bouturé la mienne car elle commençait à végéter, donc je lui ai fait une petite coupe de printemps.

Vous pouvez soit faire une bouture en coupant sous un caudex (petite boule blanche) ou sous un couple de feuilles. Enlevez les feuilles sur 1 ou 2 nœuds et plongez la tige dans l’eau.

Vous pouvez aussi mettre directement les tiges en terre ou même procéder à du marcottage si le but est d’éttofer votre plante (prenez une tige, pliez la et plantez un noeud dans la terre. Une fois enraciné, coupez la tige juste avant le noeud, ça vous donnera 2 tiges).

Caudex sur une chaîne de cœur

Noeud sur une chaîne de cœur

Racines d’une chaîne de cœurs après 1 semaine en eau (je vais encore attendre qu’elles poussent avant de replanter)

Les alocasia / calathea :


Comme les pilea, les alocasia ou calathea font des rejets et les boutures se font donc par séparation. À la différence que les rejets ne sont en général pas reliés à la plante mère, mais sont des tubercules séparés.

Déterrez le rejet avec précaution en évitant de le blesser et replantez le dans un petit pot. Les premières semaines, il faut bien le surveiller en s’assurant que le terreau est toujours humide, et qu’il ai assez de lumière !

Rejet de mon alocasia wentii

Le bégonia maculata/tamaya :


Au même titre que les monstera ou pothos, vous pouvez bouturer les bégonia par tronçons.

Coupez au niveau d’un noeud (là ou poussent les feuilles) et mettez le tronçon en eau. Coupez les feuilles à la base pour n’avoir que la tige à mettre en eau.

J’ai récemment taillé mon bégonia car les tiges commençaient à être beaucoup trop longues, ce qui a terme finirait par fatiguer la plante.

Mon bégonia avant la taille

2 tiges qui repoussent après avoir coupé la tige principale 

Tronçon de mon bégonia avec des feuilles

Tronçon avec environ 6 nœuds

Bouture prête à être plantée

Faites vos propres expériences :


Une branche cassée ? Essayez de la mettre en eau ou en terre, ça ne coûte rien ! Certaines expériences sont fructueuses ! J’ai pu faire une bouture de mon Schefflera avec une feuille cassée par exemple !
En attendant le prochain diy, n’hésitez pas à partager vos créations sur Instagram avec le hashtag #lesdiydeflavie ou à m’envoyer vos photos sur Instagram @flavie_peartree ou par e-mail à flavie_peartree@outlook.fr


Et si on collaborait ?

Vous êtes une marque de décoration ou de loisirs créatifs ? Vous souhaitez faire la publicité de de vos produits, à travers un tutoriel DIY ou une publication sur les réseaux ?

N’hésitez pas à me contacter par e-mail ou sur les réseaux afin que nous discutions de votre projet…